Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique à Paris

01 44 71 02 18 - 06 11 13 27 80 docteurvincentmasson@gmail.com

Covid-19, gestes barrières, lavage des mains. Un chirurgien vous explique comment nous faisons au bloc opératoire.

corona-4930541_640

Nous, professionnels de santé, sommes au côté de nos concitoyens et de l’état, en première ligne pour prendre en charge et accompagner les malades. Notre priorité est la protection des patients et notamment des plus vulnérables. La stratégie de lutte contre l’épidémie dont la courbe n’arrête pas sa progression rapide et sa réaction en chaine nécessite de mettre en oeuvre tous les moyens pour freiner la propagation du virus.

On constate encore trop de comportements inconscients et de gestes d’incivilité. Personne ne doit se sentir invulnérable face au virus, ce n’est pas parce que nous sommes jeunes et asymptomatiques que nous ne pouvons pas transmettre le virus à nos proches, eux potentiellement fragiles. La communication doit être claire. Tout le monde peut être porteur sain. Les cas nécessitants une prise en charge spécialisée en service de réanimation avec assistance respiratoire deviennent de plus en plus nombreux avec un doublement quasiment tous les 3 jours. Le problème est que notre système de santé n’a pas de capacités matérielles et humaines infinies, rapidement les services de santé risquent d’être saturés. Pour l’instant aucun traitement n’a encore fait preuve de son efficacité et il est clair qu’un vaccin ne sera pas disponible avant plusieurs mois. Le confinement, la distanciation sociale (ou plutôt physique) est essentiel ainsi que les gestes barrières.

Ces gestes barrières et cette distanciation physique ne font pas partie du quotidien de nombreux français mais sont des rituels habituels de sécurité, d’asepsie et d’hygiène pour les chirurgiens au bloc opératoire et font partie des gestes fondamentaux. 

Comment bien se laver les mains ?

Si on a la chance de disposer de SHA ou soluté hydro-alcoolique :

Il faut des mains avec les ongles courts, sans vernis, sans bijou. Verser 3 ml de produit dans chaque paume. Puis on commence par frotter la face interne des mains puis la face externe. On insiste sur les espaces interdigitaux doigts entrelacés et le dos des doigts. Frictionnez bien les pouces, la pulpe des doigts puis enfin les poignets. Le produit doit être bien sec, il faut un lavage minimum de 30 secondes. 

Si on ne dispose pas de soluté hydro-alcoolique, de l’eau et du savon ferons l’affaire. Attention au torchon qui est un nid à microbes et à virus surtout si il reste humide. Il faut régulièrement le changer et le laver.

Idem évitez comme au bloc opératoire les ongles longs, le vernis, les bijoux et les manches longues. On commence par mouiller entièrement les 2 mains et les avant-bras. Versez le savon et faites mousser en frottant. On commence par la paume des mains, le dos des mains, les espaces entre les doigts, la face palmaire des doigts, le dos des doigts, le pourtour des ongles, encore les paumes puis les poignets. Il faut toujours faire attention de ne pas ramener les germes au bout des mains donc toujours garder les mains au dessus des coudes.

La durée est de 30 à 60 secondes, un bon moyen à la maison est de chanter une fois les mains mouillées la chanson « joyeux anniversaire » pendant qu’on frotte le savon.  Puis une fois la chanson finie de bien rincer… En plus c’est ludique. 

hands-4917949_640

Le Covid-19.

Depuis décembre 2019, date des premiers clusters en Chine dans la région de Wuhan, une nouvelle virose se propage pour devenir actuellement pandémique.  Cette virose implique un nouveau coronavirus (SARS-CoV2) dont le réservoir animal est probablement la chauve-souris. 10 à 15% des cas confirmés sont des cas sévères et la mortalité des patients admis en réanimation est de 60 à 70% à ce jour. La mortalité globale serait de 1 à 2% et l’indice de reproduction serait de 2,7 (une personne atteinte contamine en moyenne 2,7 personnes). Les chiffres sont délicats à interpréter car de nombreux patients seront atteints sans être diagnostiqués de façon objective (tests en nombre insuffisant, malades sans aucun symptômes, nombreuses formes bénignes très discrètes).

chemistry-4932607_640

Quels sont les symptômes ?

L’incubation semble être de 5 jours en moyenne (14 jours maximum) et la symptomatologie est celle d’un syndrome pseudo-grippal (fébricule, sensation de fièvre, asthénie, céphalées, toux, maux de gorge, courbature, gène respiratoire). Une anosmie peut être associée ou être le seul signe. De nombreux patients ne présentent aucune symptomatologie. Les signes d’inquiétude sont une fièvre élevée et surtout une difficulté à respirer (dyspnée). Une hospitalisation est alors nécessaire et les cas les plus graves risque de développer un syndrome de détresse respiratoire aigue ou SDRA et de devoir être mis sous ventilation artificielle avec un taux de décès et de complications très important.

Comment se transmet une infection virale respiratoire ?

La transmission du virus se fait de différentes façons :

  • Directement par les sécrétions qui contiennent de la salive (toux, éternuement, postillons, mouchage).
  • Directement par les contacts directs entres personnes (poignée de main, baisers, bises).
  • Indirectement par des objects souillés par de la salive (clés, poignées, interrupteurs, chaussures, vêtements, doudou, emballages).

Qu’est ce que la distanciation physique ?

Il s’agit tout simplement de respecter une certaine distance entre 2 personnes, idéalement au moins 1 mètre, certains parlent de 2 mètres. En effet il est peu probable que les sécrétions salivaires puissent parcourir un chemin plus long. Sauf peut être dans certains endroits confinés, attention donc aux ascenseurs. L’idéal pour cela est donc de rester chez soi, en confinement, ce n’est pas une punition mais une façon de limiter la courbe épidémique et sortir au plus tôt de cette crise sanitaire (et bientôt économique dont les conséquences peuvent être tout aussi désastreuses). Pas de contact, pas de transmission. Il faut apprendre à modifier ses habitudes quotidiennes. On évite donc les endroits fréquentés, on évite les contacts physiques, on respecte une distance d’au moins 2 bras entre chaque personne, on reste chez soi.

covid-19-4940487_640

Quelles sont les surfaces à nettoyer ?

Le virus peut rester sur différentes surfaces ou objects contaminés de quelques heures à quelques jours. La contamination peut se faire de façon directe (poignées de main, toux par exemple) mais également de façon indirecte et il ne faut pas l’oublier. On conseille d’utiliser en priorité de l’eau de javel, des produits à base d’alcool à 70 degré ou tout autre produit détergent et désinfectant respectant les normes en vigueur. Les lingettes sont très pratiques. Au bloc opératoire nous utilisons des protocoles spécifiques avec des produits type Surfanios. Attention de bien respecter le temps de pose pour garantir l’efficacité. Lorsque nous opérons nous faisons attention de ne rien toucher d’autre que ce qui est stérile. Par exemple les poignées servant à mobiliser les scialytiques qui permettent d’éclairer le champ opératoire sont recouvertes à chaque opération d’une poignée stérile.

  • Les poignées de porte
  • Les interrupteurs pour la lumière
  • Les sonnettes et digicodes
  • Les téléphone portable que vous avez dans la main
  • Le clavier de l’ordinateur et la souris
  • Les écouteurs
  • Les rampes d’escalier
  • Les torchons et linges humides
  • La chasse d’eau et tous les robinets
  • Les clés 
  • Les chaussures à laisser hors de la maison 

masque coronavirusMasque… Ou pas masque…

Question difficile car on en manque… Attention si vous disposez de masques, on se touche spontanément plus de 3000 fois par jour le visage et à chaque fois que vous vous touchez le visage, si le virus est sur vos mains vous risquez de vous le transmettre… Hors quand on n’est pas habitué à porter un masque ce n’est pas agréable. On risque à de nombreuses reprises de toucher son visage parce que cela gratte, parce que le masque tombe… Et à chaque fois cela est source d’infection. C’est un véritable exercice et cela prend des mois aux étudiants en chirurgie que d’apprendre à ne jamais se toucher le visage pendant les opérations. Même si cela gratte, c’est interdit ! Donc le masque protège certes des sécrétions mais attention à bien l’utiliser car cela peut se retourner contre vous…

Qui sont les patients à risque avec le Covid-19 ?

Tous, cette maladie n’est pas à prendre à la légère. Il faut citer en particulier comme facteurs de morbi-mortalité:

  • Age supérieur à 70 ans.
  • Antécédents cardio-vasculaires (AVC, hypertension, insuffisance cardiaque).
  • Diabétiques.
  • Insuffisance rénale.
  • Cancer.
  • Immunodépression ( VIH, chimiothérapie,  greffe).
  • Maladie chronique.
  • Obésité morbide.
  • Grossesse.

En conclusion.

Personne n’est invulnérable, respectons tous le travail des soignants et mettons tout en oeuvre pour gagner cette guerre sanitaire. Respectez le confinement, la distanciation physique et sociale, lavez vous les mains et vite nous sortirons de la crise.

Author Info

Vincent Masson

Vincent Masson

Nous contacter