Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique à Paris

Mamelon invaginé ou ombiliqué

Le mamelon invaginé ou mamelon ombiliqué est un problème fréquent qui touche jusqu’à 10% des femmes.

Le mamelon (ou téton) est rentré et enfoui à l’intérieur de l’aréole, soit tout le temps, soit par intermittence (il rentre et sort). Dans les cas les plus importants il est impossible d’extérioriser le téton et chez plus de la moitié des patientes la malformation est bilatérale, c’est à dire qu’elle touche les 2 seins.

Les conséquences sont multiples : gène esthétique, complexe, difficultés à l’allaitement, suitements, parfois douleurs.

Trois stades sont décrits en fonction de l’importance de l’invagination : stade A (le téton est rentré mais sort sous l’effet d’une stimulation ou du froid), stade B (le téton est rentré mais peut être extériorisé en tirant manuellement dessus ou en pressant sur ses côtés) et stade C, le plus avancé (il est impossible de faire sortir le téton).

Quels sont les causes des mamelons ombiliqués ou invaginés ?

Plusieurs causes sont décrites, associées ou non entre elles :

  • canaux galactophores trop courts (conduits faisant monter le lait)
  • muscle sous-aréolaire trop contractile
  • séquelles de chirurgie
  • séquelles d’infection

Quel traitement chirurgical pour un mamelon ombiliqué ?

Quatre techniques sont décrites.

  • incision sous-mamelonaire et section transversale des canaux galactophoriques
  • incision sous-mamelonaire, section des canaux et mise en place d’une bourse péri-mamelonaire
  • incision aréolaire bilatérale, section des canaux et levée de 2 lambeaux aréolaires désépidermisés et enfouis sous le mamelon afin d’apporter du tissu et de diminuer le risque de récidive
  • mise en place d’une prothèse autologue sous mamelonaire soit autologue (cartilage) soit hétérologue (implant en silicone).

Les 2 premières techniques présentent un risque de récidive plus élévé que les 2 dernières mais peuvent permettre l’allaitement. Les 2 dernières techniques présentent un risque de récidive très faible mais rendent impossible l’allaitement.

Votre chirurgien esthétique, après vous avoir examiné, sera à même de vous expliquer quelle technique est possible dans votre cas.

Une prise en charge est-elle possible ?

Dans certains cas importants et après accord sur entente préalable de la sécurité sociale, une participation de l’assurance maladie est possible. Le prix de la chirurgie du mamelon ombliqué ou invaginé est fonction de la participation de la sécurité sociale ou non.

Comment se déroule l’intervention ?

Une consultation avec le chirurgien est indispensable avant toute intervention.
L’intervention peut être réalisée dès la fin de l’adolescence.
L’arrêt du tabac est vivement recommandé 3 semaines au moins avant l’intervention car à l’origine de complications potentielles et de problèmes de cicatrisation.
Une mammographie est prescrite afin d’éliminer un cancer du sein dans les stades C.
L’hospitalisation est très courte, cette chirurgie est réalisée dans l’immense majorité des cas en ambulatoire (entrée le matin, sortie en fin de journée).
L’anesthésie est le plus souvent locale, parfois une sédation est réalisée en plus par un médecin anesthésiste. Certaines patientes très anxieuses sont opérées sous anesthésie générale courte.
L’intervention dure entre 15 et 30 minutes.
Les douleurs sont très modérées, les fils tombent seuls et les soins post-opératoires sont simples (douche tous les jours sur la zone opérée, désinfection et mise en place d’un pansement pour une semaine).
Une éviction professionnelle de 24 à 48h peut se justifier et une dispence de sport de 15 jours.
Le résultat est visible immédiatement mais en raison du gonflement post-opératoire et de la durée de cicatrisation, on considère que le résultat définitif est acquis au bout de 1 à 2 mois.
Les cicatrices sont très discrètes sur l’aréole et quasiment invisibles au bout de quelques mois.

Quelles complications ?

Les complications sont rares.
Le principal facteur de complication est représenté par le tabagisme.
Une altération de la sensibilité est normale les premiers jours. Elle peut durer plusieurs mois.
Une récidive est parfois possible, de même qu’une sous-correction ou qu’une asymétrie.
La complication, heureusement rarissime, la plus grave est la nécrose complète du mamelon qui nécessitera une reconstruction ultérieure.

Alternatives à la chirurgie ?

Certains appareils aspiratifs vendus dans le commerce (niplette) peuvent dans les cas les moins graves avoir un certain effet même si celui-ci reste souvent transitoire. L’allaitement (succion du nouveau né) est une méthode naturelle qui peut fonctionner dans les stades A et B.

Grossesse, allaitement et mamelon invaginé ?

Dans les stades A et B (téton pouvant sortir), la succion du nouveau né peut parfois corriger le problème, du moins le temps de l’allaitement. Dans les cas importants de mamelons invaginés (stade C, le mamelon ne sort jamais) l’allaitement sera impossible car le nouveau né ne pourra pas se saisir du mamelon et donc téter. Il est donc possible d’avoir recourt à la chirurgie avant la grossesse. On conseille généralement de réaliser l’intervention au moins un an avant le début de la grossesse. En fonction de la technique opératoire et de la capacité de cicatrisation des canaux galactophores et de leur potentiel de reperméation, l’allaitement pourra être possible. Mais dans 20% des cas l’allaitement sera impossible (mauvaise cicatrisation ou reperméation des canaux).

Poser votre question