Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique à Paris

Chirurgie point G : Injection acide hyaluronique

Injection de graisse lipofilling du point G augmentation point g et réduction du vagin

Injection de graisse lipofilling du point G augmentation point g et réduction du vagin

Le point G est une entité anatomique réelle érogène plus ou moins développé chez les femmes. Il est à l’origine de l’orgasme dit « vaginal », en opposition à l’orgasme dit « clitoridien ». Le point G est un tissu érectile et glandulaire, situé autour de l’urètre, que l’on peut assimiler à une « prostate féminine ». Il est situé 1 à 4 cm après l’entrée du vagin, sur sa face antérieure, et peut être senti comme une grosseur de 1 cm environ, quelque fois rugueuse, qui parfois augmente de volume lors de l’excitation. Le point G a été décrit pour la première fois en 1950 par l’Allemand Von Grafenberg (d’où le nom de point G). Depuis de nombreux travaux scientifiques ont été réalisés à son sujet. Cet organe serait à la base d’une partie importante du plaisir féminin (zone érogène).

Une potentialisation ou amplification ou augmentation de volume du point G est possible par injection d’acide hyaluronique. Les patientes intéressées par cette méthode présentent le plus souvent une diminution du plaisir sexuel avec insuffisance de plaisir vaginal. Parfois les patientes présentent une sexualité tout à fait normale et sont désireuses d’augmenter plus encore leurs sensations.

Il faut conserver à l’esprit que le plaisir sexuel est multifactoriel. La composante psychique est fondamentale et les injections d’acide hyaluronique dans le point G représentent une aide parfois majeure mais ne sauraient se substituer à tous les autres facteurs du plaisir sexuel et représenter une solution miracle à l’absence de plaisir.

Les candidates présentent le plus souvent un trouble du plaisir sexuel, avec insuffisance de plaisir vaginal.

L’augmentation du point G devrait permettre de stimuler l’orgasme. Elle est notamment une option thérapeutique chez les patientes qui n’ont jamais connu l’orgasme vaginal. Cependant, il est indispensable de conserver à l’esprit que l’orgasme est multifactoriel, et que sa composante psychogène est très importante.

L’amplification du point G par acide hyaluronique est la technique de référence. Le principe est d’injecter dans la zone du point G le produit de comblement pour augmenter son relief. Ainsi, lors de la pénétration, la surface du point G plus en relief, sera stimulée plus facilement.

Avant l’injection du point G

Dans tous les cas, ce n’est pas un acte anodin, et doit être réalisée par un chirurgien ayant une bonne expérience de la chirurgie intime. Le risque de lésion d’organe noble (urêtre) même s’il est exceptionnel, nécessite les mains d’un chirurgien.

En consultation, le Docteur Vincent Masson vous interrogera sur vos antécédents et procèdera à un examen clinique afin d’évaluer les zones à traiter et de déterminer les éventuelles contre-indications (grossesse, poussée d’Herpès en cours, aspirine, allergie connue à l’acide hyaluronique).

Le jour de l’injection, vous n’avez pas besoin d’être à jeûn.

Il est très important de minimiser les risques de saignement des régions traitées en évitant de prendre de l’aspirine ou des anti inflammatoires pendant les 8 jours qui précèdent les injections et les 5 jours qui les suivent.

Pour un confort optimal, on peut appliquer 1 heure avant la séance une crème anesthésiante (Emla crème 0,05% vendue en pharmacie) sur les zones à injecter. Cette crème blanche pénètre rapidement le tissu cutané en devenant invisible, ce qui vous permet d’obtenir une anesthésie tout en conservant votre activité habituelle.

Cet acte doit être réalisé par un chirurgien en raison de la proximité de l’urètre.

L’injection du point G

L’injection d’acide hyaluronique au niveau du point G se réalise au cabinet.

Après anesthésie de contact sur la zone à injecter par une pommade anesthésiante, nous réalisons l’injection.

L’acide hyaluronique est injecté directement à l’aide d’une micro aiguille douce dans la zone du point G qui est repéré à l’examen par palpation.

La patiente est en position gynécologique. Un spéculum est introduit dans le vagin. Puis l’injection d’acide hyaluronique est réalisée dans le point G. L’injection d’acide hyaluronique dure 10 minutes.

Après l’injection du point G

Il faut éviter les rapports sexuels pendant les 12 heures qui suivent l’injection du point G. Une sensation de picotement est possible dans les 24 heures. Toutes les activités physiques sont possibles immédiatement.

La patiente quitte le cabinet médical, immédiatement après les injections du point G. Le résultat est immédiat, une fois l’anesthésie levée en quelques heures. Le renflement du point G à l’intérieur du vagin est palpable.

Cet acte dure en moyenne 8 mois.

L’acide hyaluronique est une molécule naturellement présente dans le corps. Grâce à ses propriétés d’hydratation, l’acide hyaluronique préserve la fermeté des tissus. Sa présence diminue avec l’âge.

L’acide hyaluronique est considéré aujourd’hui comme le produit de référence utilisé dans l’amplification du point G grâce à :

  • sa durée d’action : variable de 8 à 12 mois
  • produit entièrement résorbable et biodégradable
  • bonne tolérance
  • facilité d’utilisation
  • résultats immédiats
  • effets secondaires minimes et exceptionnels
  • Son recul d’utilisation (utilisé depuis 1996)

Le principe est d’injecter le point G afin d’augmenter son relief . Lors de la stimulation et de la pénétration, il sera plus facilement stimulé.

Effets secondaires indésirables possibles après injection d’acide hyaluronique

Tout acte médical comporte un certains nombre de risque. En choisissant un praticien qualifié, formé spécifiquement à ces techniques d’injection, vous limiterez ces risques, d’autant que l’acide hyaluronique est un produit très bien toléré. Le docteur Vincent Masson assure lui même le suivi de ses patients.

Voici les réactions ou effets secondaires indésirables possibles :

  • réactions locales post injection : on peut parfois rencontrer des œdèmes, irrégularité, sensibilité, démangeaisons. Ce sont des réactions temporaires.
  • granulome : réaction inflammatoire localisée très rare.
  • complications rarissimes : abcès, lésion uretère.

Pas encore de question posée

Poser ma question