Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique à Paris

Lipofilling mammaire injection graisse dans les seins

Photos avant après lipofilling mammaire

Lipofilling des seins pour augmentation mammaire naturelle

Lipofilling des seins pour augmentation mammaire naturelle (lipofilling mammaire avant après)

Généralités sur le lipofilling

Le lipofilling est une technique moderne de chirurgie plastique qui consiste à prélever de la graisse à un endroit du corps pour la réinjecter à un autre endroit.

On parle de lipomodelage, lipofilling, lipostructure, liposculpture, technique de Coleman, micro liposculpture, liposeeding, transfert autologue de graisse, greffe de tissu adipeux, autogreffe de tissu adipeux, greffe d’adipocytes…

Les premiers cas décrits remontent au début du siècle dernier mais la technique a réellement été mise au point en 1983 par un Français, le Docteur Fournier puis améliorée par un américain en 1995 (Docteur Coleman d’où le nom de technique de Coleman parfois employé).

Nous avons actuellement plus de 25 ans de recul sur cette technique, qui est devenue fiable, reproductible et sûre. Elle constitue une alternative interessante à l’augmentation mammaire par prothèse à condition d’avoir bien compris toutes les différences entre les 2 techniques.

La technique du lipofilling

On peut prélever la graisse au niveau des fesses, culotte de cheval, hanches, flancs, poignées d’amour, ventre, abdomen, genoux, cuisses, bras, menton, bref quasiment partout où elle est présente. L’intérêt est d’associer à l’augmentation mammaire un travail sur la silhouette qui est redessinée. Dans tous les cas la cicatrice de lipoaspiration sera dissimulée au niveau d’un pli ou d’une zone d’ombre et donc presque invisible.

La graisse est ensuite purifiée à l’aide d’une centrifugation douce qui permet de ne garder que les cellules graisseuses (adipocytes) et de retirer les débrits cellulaires inutiles, l’huile et le sang. Une alternative à la centrifugation est le système de filtration. Plusieurs existent, le plus connu est le puregraft. La graisse n’est pas centrifugée mais filtrée.

En règle générale le rapport entre la graisse aspirée et la graisse utilisable pour le lipofilling est de 1 pour 3 (900 cc de graisse aspirée sont nécessaires pour injecter 300 cc de graisse purifiée). La résorption étant de 30% en moyenne, il restera au final environ 200 cc de graisse sur les 900 cc prélevés initialement.

Parfois 2 séances de lipofilling voire plus seront nécessaires. La graisse qui est prise va rester ensuite toute la vie, elle n’est pas résorbable. Le lipofilling est donc une méthode définitive et naturelle. Seule une perte très importante de poids peut faire varier la quantité de graisse présente (le nombre de cellules graisseuses est toujours le même mais elles perdent en tailel sous l’effet d’un amaigrissement important).

L’intervention a lieu sous anesthésie générale, dure entre 2 et 3 heures en fonction de la quantité de graisse à prélever et à réinjecter et l’hospitalisation est de 24h en moyenne. Les suites sont simples (douleurs à type de courbatures facilement calmées par les antalgiques la première semaine, ecchymoses éventuelles pendant 10 jours, panty à porter 4 semaines sur les zones lipoaspirées, éviction professionnelle en moyenne 10 jours).

Quels sont les avantages du lipofilling mammaire par rapport à une augmentation mammaire par prothèse ?

  • Absence de corps étranger implanté dans l’organisme. Technique 100% naturelle, la graisse provient de la patiente elle même (technique autologue).
  • Résultat définitif et stabilité dans le temps (sauf en cas de perte de poids importante, la graisse injectée dans les seins évolue comme toutes les graisses : elle fond, c’est le principe du régime…).
  • Pas de phénomène de coque ou de rejet, pas de plis, de vague, d’aspect artificiel du sein.
  • Pas de cicatrice visible. Les cicatrices des implants sont cependant souvent quasiment invisibles.
  • Seins souples à la palpation.
  • Association à une lipoaspiration.

Quels sont les inconvénients du lipofilling mammaire par rapport à une augmentation mammaire par prothèse ?

  • Seins souples à la palpation… Avantage ou inconvénient en fonction de ce que l’on souhaite !
  • Phénomène de fonte inéluctable en cas de perte importante de poids (la graisse fond lors de la perte de poids… mais revient en cas de reprise de poids).
  • Intervention chirurgicale plus longue (2 à 3 heures au lieu d’une heure) mais convalesence identique.
  • Augmentation de volume modérée par rapport aux implants (900 cc de graisse aspirée=300 cc de graisse purifiée=150 cc de graisse par sein injectée=100 cc au final – 30% de résorption habituelle lors des 3 premiers mois -). La taille moyenne d’un implant mammaire en France est de 350 cc (1 bonnet 3/4). Il faut donc pouvoir aspirer au moins 3 litres de graisse pour avoir un volume équivalent, ce qui n’est pas souvent le cas. L’augmentation de volume moyenne lors d’un lipofilling est de 200 cc par sein (1 bonnet).
  • Taille de la poitrine dificillement prévisible (dépend de la quantité de graisse aspirable sans faire de creux au niveau de la peau, de la qualité de la graisse, de la quantité qui va prendre, de la résorption post-opératoire.
  • Souvent 2 séances nécessaires pour avoir un volume équivalent à celui d’un implant mammaire.
  • Prix du lipofilling mammaire plus elévé qu’une augmentation mammaire par prothèse (tarif du lipofilling à partir de 4500 euros)
  • Question de la surveillance du cancer du sein ?

Augmentation mammaire par lipofilling, risque de cancer du sein, surveillance du cancer du sein ?

Une femme sur 8 sera victime d’un cancer du sein dans sa vie. Le cancer du sein le plus fréquent (carcinome canalaire infiltrant) se présente sur les mammographies sous la formes de microcalcifications.

La graisse injectée dans le sein prend également un aspect de microcalcifications (liées à la fibrose et à la cicatrisation, comme après toute chirurgie mammaire). Le risque de confondre les calcifications liées à un cancer du sein avec celles liées au lipofilling a longtemps amené à penser que cette technique devait être évitée.

En pratique les calcifications liées au lipofilling sont différentes de celles observées lors qu’un cancer du sein pour un radiologue expérimenté.

A ce jour, toutes les études scientifiques s’accordent pour affirmer qu’aucun élément n’est en faveur d’une augmentation du risque de cancer du sein après lipofilling mammaire. En revanche, le lipofilling n’empêchera pas la survenue d’un cancer du sein si celui-ci devait apparaitre.

Au terme de plus de 20 ans de recul sur la pratique, on peut retenir qu’en 2015 un lipofilling mammaire fait dans les règles de l’art par un chirurgien plasticien spécialisé d’entraine pas de difficulté diagnostique du cancer du sein pour un radiologue expérimenté et spécialisé. De même aucun élément n’est en faveur d’une augmentation du taux de cancer du sein chez les patientes ayant bénéficiées d’un lipofilling mammaire. Un bilan d’imagerie pré-opératoire par un radiologue spécialisé (mammographie et échographie) est indispensable avant l’intervention plus tous les ans par principe de précaution étant donné la fréquence du cancer du sein chez la femme. Il était autrefois recommandé de ne pas réalisé de lipofilling des seins en augmentation mammaire esthétique chez les femmes au delà de 35 ans : ce n’est plus le cas d’après le rapport de la HAS (Haute Autorité de Santé) d’avril 2015. Cette limite d’âge n’existe plus.

Prix et tarifs lipofilling mammaire : à partir de 4500 euros

Poser votre question

  • Lasserre Marine

    Bonjour,

    J’aimerais avoir plus d’informations concernant le lipofilling mammaire. Etes-vous habitué à faire ce type de procedure? Faut-il avoir un IMC minimum? Si l’on est relativement mince est-ce possible? (Je fais 1m66 pour 55kg)

    Merci.

    • Vincent Masson
      Vincent Masson

      Bonjour,
      Il faut une quantité certaine de graisse pour réaliser une augmentation mammaire. Au moins 3 litres à mon sens. A mon avis votre IMC n’est pas en faveur d’un lipofilling mammaire.
      Bien sincèrement,